Né le 16 décembre 1871 à Lagorce (Ardèche), massacré le 25 août 1944 à Lagorce, brûlé vif dans sa ferme incendiée par l’armée allemande ; cultivateur ; victime civile.

Clément, Auguste Barrière était le fils d’Antoine Barrière et d’Angélique Angèle Meyssonnier, cultivateurs à Lagorce (Ardèche), tous deux décédés à la date de 1944.
Il vivait seul, étant lui-même veuf de son épouse Octavie, Mathilde Serméas, dans sa ferme du quartier Peyrousse, un écart situé non loin de l’entrée sud du village de Lagorce.
Le 24 août 1944, les maquisards de la région de Vallon (FTP des compagnies « Marco » 7120 ème (anciennement AS) et « Yvan » 7117ème), postés sur les hauteurs d’un serre (le Mont Sigaud), avec l’appui d’un commando américain (l’OG Louise) équipé de canons de 37, avaient attaqué des éléments de l’armée allemande qui stationnaient au hameau de Tabias (commune de Lagorce). Les Allemands ripostèrent et tentèrent (le 25 août) une opération d’encerclement du maquis. Au cours des combats, ils incendièrent la ferme d’Auguste Barrière qui périt brûlé dans sa maison.
Fernand Barrière, (fils d’Auguste Barrière), âgé de 42 ans, lui-même cultivateur, domicilié au chef-lieu, fit enregistrer le décès de Clément Auguste Barrière le 13 septembre 1944, plusieurs jours après la libération définitive de la commune de Lagorce et de la région de Vallon.
L’acte de décès ne porte aucune mention « Mort pour la France ».
Son nom figure sur le monument aux morts de Lagorce (Ardèche).


Voir : Secteur de Vallon, été 1944
Sources

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 309554 (nc). — Mémorial ANACR (p. 107, avec une erreur sur la date des combats), imp. Liéhart, Aubenas, 4ème édition, 1994. — Mémoire des hommes. — Mémorial GenWeb. — État-civil, mairie de Lagorce, acte de décès n°6.

Pierre Bonnaud

Version imprimable