Né le 7 décembre 1930 à Pleyben (Finistère), massacré le 5 août 1944 à Pleyben (Finistère) ; écolier ; victime civile.

René Jamet était le fils de Yves Jamet, né le 18 janvier 1898 à Lennon (Finistère), cantonnier, et de Marguerite Marie Gendron née le 7 avril 1894 à Châteauneuf-du-Faou (Finistère) ; il avait deux frères.
Le 5 août 1944, les troupes allemandes qui se repliaient sur la presqu’île de Crozon au fond de la rade de Brest, passèrent à Pleyben (Finistère) en bordure de la route de Châteauneuf-du-Faou au lieu-dit Kerviadec vers 11h30. Un véhicule de patrouille s’arrêta à l’entrée d’un chemin et fit feu sur des civils. Tous employés à la récolte de la moisson, ils rentraient à la ferme d’Yves Le Moal pour déjeuner.
René Jamet, 13 ans, son père Yves Jamet, 46 ans, cantonnier, et son frère Jean, 15 ans, furent tués de rafales de mitraillette ainsi qu’Yves Le Moal, Jean Le Guern et François Martin.
René Jamet obtint la mention « Mort pour la France ».
En mémoire de ce massacre, une stèle fut érigée en 1997 à Kerviadec à l’initiative du maire de Pleyben Yves Jamet, frère de Jean et René Jamet. Chaque année, les descendants des six fusillés et leurs amis viennent leur rendre hommage.


Pleyben (Finistère), 5 août 1944
Sources

SOURCES : AVCC-SHD, Caen, AC 21P 357566 (nc). — Georges-Michel Thomas, Alain Le Grand, Le Finistère dans la guerre 1939-1945, tome 2, Éditions de la Cité, 1981, p.221. — Mémoire des hommes. — Nathalie Bremaud, Site Les amis de la résistance du Finistère, 8 août 2022.— Geneanet.

Annie Pennetier

Version imprimable