Né le 11 août 1876 à Allons (Lot-et-Garonne), abattu le 25 juin 1944 à Allons ; forgeron ; victime civile.

Raymond Bernardet était le fils de Jean, forgeron, alors âgé de 35 ans, et de son épouse Marie née Benguès, ménagère, âgée de 27 ans. Le 29 octobre 1887 à Houeillès (Lot-et-Garonne), il épousa Marie née Segues.
Le 25 juin 1944, Allons fut attaqué par un détachement de 350 SS avec des blindés avec pour objectif l’anéantissement du maquis FTP Arthur.
Les Allemands mirent le feu à la forêt avec des lance-flammes pour tenter de déloger le maquis. Se succédèrent pillages, incendies et prises d’otages.
Un groupe de résistants parvint à décrocher par les bois pendant qu’un autre mieux armé les couvrait. Le combat dura deux heures. Lorsqu’il fut terminé un groupe de maisons finissait de se consumer et des résistants gisaient à terre. Quatre d’entre eux, furent surpris dans la maison où ils s’étaient réfugiés et furent fusillés et défigurés.
En représailles, Raymond Bernardet fut torturé puis abattu.
Il obtint la mention « Mort pour la France ».
Il repose au cimetière de Lubans à Allons.
Son nom est inscrit sur le monument aux Morts d’Allons et sur le Mémorial d’Houeillès (Lot-et-Garonne). Il n’est pas répertorié dans la base de données de Mémoire des Hommes.


Voir Allons (Lot-et-Garonne), 21 avril, 17, 25 et 30 juin 1944
Sources

SOURCES : Pierre Robin, monographies d’Allons et du bataillon Arthur, La Résistance en Lot-et-Garonne, CD-Rom AERI, 2011. — MémorialGenWeb. — Geneanet.

Dominique Tantin

Version imprimable