Né le 20 juin 1909 à Sari-Solenzara (Corse), abattu par une sentinelle italienne le 27 mai 1943 à Ajaccio (Corse) ; cheminot ; syndicaliste CGT de Corse ; résistant.

Rue Frediani à Ajaccio, section de la rue où il a trouvé la mort. Nom donné dès le 28 septembre 1943.
Panneau place rue Frediani en 2013.
Cheminot aux chemins de fer départementaux et militant syndicaliste en Corse, à la CGT avant 1939, Louis Frediani faisait partie du Front national pendant la Résistance. Il fut abattu, pendant le couvre-feu alors qu’il allait prendre son service, par une sentinelle italienne à Ajaccio le 27 mai 1943. Près de deux mille personnes suivirent son cortège funèbre, malgré l’Occupation et le présence des soldats italiens.
Une rue d’Ajaccio prit son nom peu après le soulèvement populaire du 9 septembre 1943.
Sources

SOURCES : Le Mémorial des Corses, tome 4, p. 467. — L. Gazagnaire, Message d’un héros de notre temps, p. 151. — Renseignements communiqués par Hubert Lenziani. — Ne figure pas dans le Mémorial des cheminots.

Annie et Claude Pennetier

Version imprimable