Né le 20 avril 1909 à Pontoise (Seine-et-Oise, Val-d’Oise), fusillé le 11 avril 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; ajusteur ; militant communiste ; résistant FTPF.

Maurice Dampierre, photographie anthropométrique à la Préfecture de police
Maurice Dampierre, photographie anthropométrique à la Préfecture de police
Fils d’un employé des chemins de fer, ajusteur à la société Lignes téléphoniques et télégraphiques (LTT) de Conflans-Sainte-Honorine, Maurice Dampierre adhéra au PCF en 1936. Il fut également trésorier du syndicat des métaux de l’entreprise. Il habitait 10 petite-rue de Saint-Ouen à Saint-Ouen-l’Aumône (Seine-et-Oise, Val-d’Oise).
À l’invitation de son collègue de travail et camarade Emmanuel Bourneuf, il entra dans les FTP en octobre 1943 et reçut le matricule 7025. Suite à la saisie le 18 novembre 1943 d’un tableau des effectifs FTP de la région P7 (Seine-et-Oise) sur Roland Cauchy, Maurice Dampierre fit partie des résistants arrêtés par la BS2 le lendemain. Les policiers réussirent à l’impliquer dans un déboulonnage de voies ferrées commis le 12 octobre à Andresy, sur la ligne d’Achères. Pour la police : "ce sabotage a été effectué en peu de temps et qu’il a nécessité une dizaine de personnes [...] les saboteurs pensaient atteindre un train de permissionnaires allemands". Vingt-deux wagons d’un train de marchandise déraillèrent, sur 56. (Arch. Dép. Yvelines, 1 W 175). Les policiers lui imputèrent également le recrutement de deux autres ouvriers de la LTT, Pierre Cornieux et Roland Parise. Des tracts et brochures communistes furent découverts à son domicile.
Livré aux Allemands et jugé le 23 mars 1944 par une cour martiale (Kdt Gross Paris) avec une vingtaine d’autres FTPF, Maurice Dampierre a été fusillé le 11 avril 1944 au Mont-Valérien.
L’aumônier militaire allemand Franz Stock nota dans son journal à son sujet : « un vrai communiste, chanta et entonna « La Marseillaise » à pleine voix ».
Il avait épousé à Pontoise le 12 mars 1932, Yvonne Peysale, mécanicienne tricoteuse.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Documentation CCCP (Notes Jean-Pierre Ravery). – Jean Présent, La Résistance à Conflant-Sainte-Honorine, 2013. — Note de Jean Présent. — État civil. – Franz Stock, Journal de guerre. Ecrits inédits de l’aumônier du Mont-Valérien, Les éditions du Cerf, Paris 2017

Jean-Pierre Ravery

Version imprimable