Né le 17 août 1905 à Piquecos (Tarn-et-Garonne), fusillé comme otage le 24 octobre 1941 au camp militaire de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) ; conducteur à la compagnie des transports en commun de Bordeaux ; militant communiste et syndicaliste de Gironde.

Domicilié à Mérignac (Gironde), wattman (conducteur) aux Tramways électriques et omnibus de Bordeaux (TEOB), Armand Gayral milita à la CGTU et adhéra au Parti communiste en 1932. Membre du comité régional avant-guerre, il diffusait la Gironde populaire où il écrivait régulièrement.
Mobilisé en août 1939, il fut accusé de propos défaitistes et son employeur le révoqua en application du décret du 9 avril 1940. Démobilisé en août 1940, il perdit sa femme et dut élever ses trois enfants. Les TEOB refusèrent sa réintégration.
Armand Gayral fut arrêté le 22 novembre 1940 et interné au camp de Mérignac. Le préfet nota dans un courrier adressé en janvier 1940 à la Feldkommandantur que « de tous les individus internés le 21 novembre 1940, Gayral apparaît comme le plus dangereux ».
Il a été fusillé comme otage le 24 octobre 1941 au camp de Souge.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen. – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit. – Site FFI33. – Site des fusillés de Souge.

Jean-Pierre Besse

Version imprimable