Né le 7 juillet 1898 à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; cheminot ; communiste de la Seine [Hauts-de-Seine] ; massacré le 10 juin 1940 à Saint-Pierre-Vauvray (Eure) ; victime civile.

Fils d’un mouleur, Raymond Vasse, entra aux chemins de fer de l’État comme manœuvre au dépôt de Sotteville-lès-Rouen, le 5 novembre 1925. Militant du syndicat unitaire des Cheminots qui comptait alors 1 200 adhérents, il fut élu en septembre 1926 archiviste du bureau de l’organisation qui comprenait Émile Pairaudeau (secrétaire), Henri Delille, Auguste Favaud et Charles Lefebvre (secrétaires adjoints), Charles Lecrocq (trésorier) et Ducuing (tréorier adjoint).
Évalué comme « un ouvrier très sérieux » il fut muté en 1927 au dépôt des Batignolles et affecté au lavage des chaudières. Il habitait Courbevoie (Seine, Hauts-de-Seine) et fut interpellé le 24 mars 1929 lors de la conférence communiste de la Région parisienne, tenue salle Reflut à Clichy (Seine, Hauts-de-Seine) — voir Maurice Ancelle.
Selon sa fille, Raymonde Jeanne, ancienne enfant de l’assistance publique, son père a été abattu le 10 juin 1940 par les Allemands, sans sommations, au haras qu’il gardait au château de Saint-Pierre-Vauvray (Eure), sa mère, Olga née Fouet, battue sous ses yeux (enfant de 3 ans) et laissée pour morte prés de son lit. La date est confirmée par l’acte de naissance et la mention « Mort pour la France » en date du 2 mars 1945, ainsi que par un acte de réversion de la SNCF.
Sources

SOURCES : Arch. Nat. F7/13119. — Arch. Dép. Seine-Maritime 10 MP 1410 Syndicats dissous avant 1936 ; registre matricule militaire. — Renseignements communiqués par Raymonde Jeanne. — État civil.

Claude Pennetier

Version imprimable