Né le 20 janvier 1904 à Corgolain (Côte-d’Or), fusillé le 11 juillet 1944 à Dijon (Côte-d’Or) ; électricien ; résistant ; membre des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils de Jules Beau, tailleur de pierre, et de Jeanne Battault, Jules Beau était marié à Louise Boffy et père de huit enfants (nés entre 1930 et 1942). Jules Beau habitait 8 bis rue Edme-Verinquet à Dijon. Il fut arrêté à son domicile le 29 février 1944 par la Sipo-SD pour détention d’armes de guerre et « actes de franc-tireur ».
Condamné à mort par le tribunal militaire de Dijon (FK 669) le 26 juin 1944, Jules Beau a été fusillé 11 juillet 1944, seul, à 6 h 01. Inhumé à Dijon dans le carré des 70 patriotes fusillés par les Allemands, son nom est gravé sur le Mur des 126 fusillés de Dijon.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Côte-d’Or. – Mémorial GenWeb.

Delphine Leneveu, Annie Pennetier

Version imprimable