Né le 3 janvier 1921 à Bordeaux (Gironde), fusillé comme otage le 24 octobre 1941 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) ; dessinateur ; résistant gaulliste, membre du réseau Auriac.

Jean Girard
Jean Girard
Collection ARORY
Fils de Jean Girard et de Lucienne Rang, Jean Girard était dessinateur à l’Atelier industriel de l’aéronautique et vivait à Bordeaux, rue Millières. Il entra en Résistance, au réseau Auriac, en janvier 1941. Résistant gaulliste, il était membre du réseau Armée des volontaires/Alliance de la jeunesse. Il y était agent de renseignements et était chargé de dresser des cartes et des plans.
Le 15 juillet 1941, il fut arrêté à Bordeaux par la police française pour « aide à l’ennemi » et « passage illégale de la ligne de démarcation ». Il fut accusé par les autorités judiciaires d’avoir fourni les plans de l’usine d’aviation de La Souys.
Incarcéré au fort du Hâ, Jean Girard comparut devant le tribunal militaire allemand FK 529 de Bordeaux (verdict inconnu), puis fut désigné comme otage par les autorités allemandes, qui le fusillèrent comme tel le 24 octobre suivant au camp de Souge, en représailles au meurtre de Reimers.
Son nom figure sur le mémorial des fusillés du camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde).
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit. – Mémorial GenWeb.

Julien Lucchini

Version imprimable