Né le 19 décembre 1906 à Saint-Sébastien (Creuse), massacré le 3 août 1944 à Bazaiges (Indre).

Cliché Michel Gorand. "> Stèle (qui indique 4 août) érigée au croisement de la D36b avec la route de Bazaiges.
Stèle (qui indique 4 août) érigée au croisement de la D36b avec la route de Bazaiges.
Porte le nom d’André Georges, résistant mort pour la France et de Marcel Pinardon, massacré, "victime de la guerre".
Cliché Michel Gorand.
Fils de Marie, Eugénie Pinardon ; Marcel Pinardon était manœuvre, marié à Marie, Marcelline Chéroux et domicilié à Éguzon (Indre) ; il fut tué accidentellement le 3 août 1944, lors de l’attaque, par le maquis, du camion qu’il conduisait (parce qu’il avait été requis) et qui transportait des soldats allemands chargés de repérer les lignes de haute tension sabotées. Déclaration de décès le 3 août), d’Henri Chéroux, maçon. Son nom est inscrit sur la stèle (qui indique 4 août) érigée au croisement de la D36b avec la route de Bazaiges.
Sources

SOURCES : n°28 du registre des décès d’Éguzon. — G. Guéguen-Dreyfus et B. Lehoux, Résistance Indre et vallée du Cher, 1972.

Michel Gorand

Version imprimable