Né le 3 septembre 1924 à Arc-lès-Gray (Haute-Saône), mort à l’hôpital le 8 septembre 1944 à Besançon (Doubs), des suites de blessures ; cheminot ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Louis Billot était le fils de Auguste Séverin et de Rose Sophie Garnache. Il était célibataire et domicilié chez ses parents rue Bertrand, à Besançon (Doubs).
Louis Billot fut étudiant à l’École nationale d’horlogerie de Besançon (aujourd’hui lycée Jules Haag), où son nom est inscrit dans le livre d’or, puis il entra à la SNCF comme dessinateur. Il rejoignit la Résistance en juin 1944 dans les Forces françaises de l’Intérieur (FFI) et fut affecté à l’état major du commandant Marceau (Robert Braine), à Besançon. Le 7 septembre 1944, la bataille pour la libération de Besançon commença et Louis Billot y fut engagé avec son groupe aux côtés des forces américaines. Le 8 septembre alors qu’il patrouillait dans le quartier Montjoux avec son chef Robert Braine et son camarade Armand Dornier, cheminot comme lui, il fut grièvement blessé dans un accrochage avec l’ennemi. Son chef fut mortellement atteint en tentant de le secourir et Armand Dornier fut tué d’une rafale de mitrailleuse. Transporté à la clinique Heitz, 21 rue de la Mouillère, il décéda à 17h30 des suites de ses blessures.
L’acte de décès fut dressé le 9 septembre 1944 sur la déclaration de Raymond Baverey, 19 ans, outilleur mécanicien, domicilié à Besançon.
Le 11 septembre 1944, il reçut des obsèques nationales à l’Institution Saint-Joseph, avenue Fontaine Argent. Il fut inhumé au cimetière Saint-Ferjeux, à Besançon.
Il obtint la mention « Mort pour la France » sur avis du lieutenant-colonel Barthelet commandant la sous-région D2 en date du 20 octobre 1944 et fut homologué comme aspirant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) par décret du 14 novembre 1956.
Son nom figure sur le monument aux morts, sur la stèle commémorative 1939-1945, place de la Liberté, sur le monument aux morts "1939-1945 À la mémoire des agents de la SNCF tués par faits de guerre", en gare de Besançon-Viotte et sur le livre d’or "À la mémoire des Habitants de Besançon Morts pour la France au cours ou des suites des guerres", à Besançon.
Sources

SOURCES : Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF, Paris 2017.— Portrait du résistant Louis Billot, par Bernard Carré, dans Histoires des Chaprais, 2015.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable